Novasol experts

La biodiversité microbienne des sols : quels rôles ?

Le sol est aujourd’hui reconnu comme l’un des principaux réservoirs de biodiversité à l’échelle de notre planète. Nous l’avons vu dans la précédente NovaChronique, les microorganismes naturellement présents dans les sols se comptent en milliards et représentent jusqu’à un million d’espèces par gramme de sol !  

Cette extraordinaire diversité microbienne sous nos pieds est essentielle à la fertilité physique, chimique et biologique des sols, et elle joue un rôle significatif dans le bon état sanitaire des sols. Mais plus que tout, elle est une des clés centrales pour la résistance et la résilience des sols et des cultures aux aléas climatiques qui sont de plus en plus réguliers dans le contexte critique de réchauffement climatique que l’on vit.  

 

Comment a été démontré le rôle de la diversité microbienne dans les grandes fonctions portées par les sols  

 

Des travaux de recherches conduits à l’INRAE de Dijon depuis une quinzaine d’années ont apporté des preuves expérimentales de l’importance cruciale de ces êtres microscopiques qui peuplent nos sols. Comment ? En modifiant artificiellement cette diversité microbienne ! En réduisant le nombre d’espèces par dilution et en mesurant les effets sur de grandes fonctions biologiques et écosystémiques en conditions contrôlées, il est possible de faire le lien entre biodiversité et fonctionnement du sol.  

 

Et si on perdait 30 % de la diversité microbienne du sol …. 

Les chercheurs de l’INRAE ont ainsi démontré qu’une perte de 30 % de la biodiversité d’un sol avait pour conséquences :  

une baisse d’environ 40 % de la minéralisation de la matière organique et donc du recyclage des éléments minéraux du sol disponibles pour les plantes (Baumann et al., 2012), 

une baisse de 50 % de dénitrification du sol en lien avec une efficacité réduite du cycle de l’azote (Philippot et al., 2013) 

une réduction de la productivité végétale qui peut atteindre 50% (communication personnelle), 

une réduction de 40 % de la stabilité structurale du sol, indispensable pour limiter l’érosion des sols et leur tassement (communication personnelle) 

un temps de survie jusqu’à 5 fois plus long de populations microbiennes pathogènes dans le sol (Vivant et al., 2013),  

et une capacité de récupération des plantes après un épisode de sécheresse réduite de 15 % (Prudent et al., 2019).  

Bien qu’invisible, la diversité microbienne des sols est donc une assurance écologique pour l’avenir de nos sociétés. Il est essentiel de l’évaluer pour mieux la préserver et la promouvoir pour assurer la durabilité et le fonctionnement des écosystèmes et de nos modes de vie. 

Vous souhaitez évaluer la diversité microbienne hébergée dans vos sols ? Vous vous questionnez sur la durabilité écologique de votre gestion des sols ?  Novasol Experts vous accompagne dans votre démarche et vos projets. 

 

Contactez-nous pour en savoir plus sur : www.novasol-experts.com 

Envie de lire une autre chronique ?

NovaChroniques #5 - Pourquoi réaliser un diagnostic de la qualité écologique des sols ?
NovaChroniques #4 - Les sols, une ressource menacée
NovaChroniques #3 - La biodiversité microbienne des sols : quels rôles ?
NovaChroniques #2 - La biodiversité des sols en chiffres
NovaChroniques #1 - La qualité écologique des sols